Dans les couloirs du métro


Dans les couloirs du métro

J’aurais dû vous dire dès le début que la guitare n’était qu’un prétexte pour me changer les idées. Et pas seulement le mardi parce…

Quel jour sommes-nous d’ailleurs ? Et vous, qui êtes-vous ? Et moi, qui suis-je ?

D’une certaine façon, je ne sais pas très bien ce que je fais ici. Ni dans ces pages ni dans ce monde qui m’a jeté dans son caniveau. Tôt ou tard, ma voix finira fatiguée, fracassée par la rue, l’alcool, la souffrance et la solitude, comme autant de clichés qui épatent les galeries photographiques consacrées au sort de tous les chiens musicaux.

En attendant, je m’installe toujours à la même place, en retrait d’un immense tunnel qui regarde passer les petits rats affamés d’un gigantesque opéra bouffe. Je pose un petit tabouret le long du mur, je sors la guitare de son étui, mes lunettes aussi, et je chante. Des années que je chante dans les couloirs du métro des valses pour l’éternité. C’est comme ça qu’il les aimait Allain Leprest, mon frère, mon sang, mon autre soi‑même, son autre moi-même…


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 24 octobre 2017

Publication

219 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
1 Auteur

Visites

0 aujourd’hui
2 hier
1002 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté