Épilogue : Monsieur Z


Ainsi se termine Monsieur Z, et ici se termine ce texte qui a démarré le jour où je suis sorti de la gare, par une belle journée de printemps. C’était un vendredi, en début d’après-midi. Le ciel était limpide, d’un bleu azur comme il est assez rare d’en voir dans cette partie du Monde. Sur le chemin qui me ramenait chez moi, j’avais croisé un homme avec un long pardessus qui lui descendait jusqu’aux pieds. Je me souviens qu’il marchait au milieu de la route. C’est sans doute pour cette raison que je l’avais remarqué. Après l’avoir dépassé, j’ai jeté un regard en arrière, comme attendri devant cette petite scène de la vie quotidienne qui sortait un peu de l’ordinaire. J’ai alors porté mon regard vers le ciel. Je savais qu’Il était là. Un sentiment d’apaisement m’a immédiatement envahi. Je me suis alors arrêté un instant pour mieux me retourner une dernière fois. Au moment où il allait de son côté disparaître au coin de la rue, l’homme s’est également retourné. C’est à ce moment-là qu’il m’a salué avec son chapeau. Et quand je lui ai rendu son salut, je savais que je n’avais plus qu’à continuer ma route en souriant.

Achevé d’écrire en avril 2014
Les bâtisseurs du temps
Juin 2016

Navigation

Articles de la rubrique

  • Épilogue : Monsieur Z

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 11 septembre 2017

Publication

218 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
1 Auteur

Visites

0 aujourd’hui
2 hier
920 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté