2017 - Une année sans E


De janvier à avril 2017

J’entre en campagne
Comme le disait je ne sais plus qui, il est maintenant temps que je cultive mon jardin. Enfin… une fois que j’aurais quitté cet univers bétonné, ce qui ne saurait tarder.

*

Arrière-pensée
En tant que fonctionnaire, il m’a toujours semblé fondamental de devoir servir l’État. Le problème aujourd’hui est que l’on me demande non seulement de servir une pensée, mais de surcroît il m’est vivement recommandé d’être en accord avec ladite pensée. L’État dans tout ça ? Vous n’y pensez pas tout de même !

*

C’est très aimable à vous !
La vie m’a souvent montré que si l’on pouvait très facilement compter sur son prochain pour vous mettre dans des situations difficiles, il ne fallait ensuite guère compter sur lui pour qu’il vous vienne en aide.

*

À vot’ service m’ssieurs dames !
En me promenant dans les centres-villes, je constate que souvent disparaissent les commerces au profit de sociétés qui proposent des services. J’avoue trouver cela très troublant quand dans le même temps il est de plus en plus rare de pouvoir compter sur son voisin pour qu’il vienne vous rendre le service que vous lui aviez demandé. Rendre service n’est ainsi plus quelque chose qui se déroule gratuitement entre deux individus ; c’est maintenant une action payante détenue par des professionnels.

*

Réflexion au long court
Si un poème est trop court, c’est que son auteur n’avait rien à dire. Je me demande si cette affirmation n’est pas également vraie pour les poèmes trop longs.

*

L’auteur à tous les droits
Mes écrits n’ont pas de prix. D’ailleurs, je les offre gratuitement et avec le sourire à qui veut bien les lire.

*

Des chiffres et des chiffres
Le problème avec les données chiffrées, c’est qu’elles ne fournissent rien d’autre que des données chiffrées.

*

J comme ?
En lisant l’acronyme CRIF qui désigne le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, je me suis toujours demandé pourquoi le J avait disparu. Sans doute parce que le côté Juif de la chose n’a guère d’importance. On peut même penser que d’ici quelque temps, cette instance provoquera un long CRI de désespoir quand on prononcera son nom.

*

Le travail c’est…
Je me demande parfois si être payé à ne rien faire n’est pas plus acceptable que d’être payé pour faire des choses qui ne servent à rien. Et je ne parle même pas d’être payé pour faire des choses qui nuisent à autrui…

*

La surréalité existe…
Si l’univers de mes textes est absurde, voire parfois surréaliste, sans doute est-ce dû au fait que dans la réalité… c’est pire.

*

Je vous l’avais bien dit que j’étais malade !
Notre société serait malade, vient-on me dire à chaque jour qui passe. Soit, c’est certainement vrai, mais le problème est peut-être qu’elle semble n’avoir que bien peu de médecins compétents pour s’occuper d’elle.

*

La France Môsieur !
En 1942, la France ne pouvait être responsable de la rafle du Vél’d’Hiv, vu qu’à cette époque la France était surtout en Angleterre, ou encore en Afrique ; un peu sur le territoire français il est vrai, mais plutôt dans le maquis, et donc très bien cachée…

*

Et pendant que j’y suis…
D’ailleurs, pendant que j’y pense, on parle souvent de l’Île-de-France. Mais entre nous, en ce lieu comme dans bien d’autres hélas, sommes‑nous toujours en France ?

*

Note de mémoire
Plus je passe du temps à écrire des histoires, et moins j’en ai à consacrer à mes très chères notes. Au risque de perdre la mémoire…

*

De mai à décembre 2017

En passant…
Un collègue vient de m’apprendre que la République serait en marche. Je crois que je vais m’arrêter sur le bas côté et la regarder passer…

*

Question – réflexion – réponse
Nombreux sont les intellectuels qui se sont intéressés (et qui s’intéressent encore) à la question juive, à un point tel qu’ils ont parfois ressenti le besoin d’écrire un livre à ce sujet. J’avoue avoir parfois un peu de peine pour eux, surtout quand je pense qu’il leur aurait suffit, aux uns comme aux autres, d’écouter les réponses qu’auraient pu leur fournir les Juifs eux‑mêmes. Peut-être également ont-ils été trompés par l’adage selon lequel un Juif répond à une question par une autre question. Ne croyez-vous pas ?

*

Les choses de la vie
On en apprend souvent beaucoup plus en lisant une courte description dans un roman plutôt que dans tout un épais livre de philosophie.

*

D’un extrême à l’autre
Un athée intolérant n’est rien d’autre qu’un fanatique religieux qui s’ignore.

*

Les poubelles des rues
J’avoue trouver assez insupportable qu’un vide-grenier puisse prendre place dans le centre des petites villes, alors que leur place légitime semble plutôt être une déchetterie.

*

Vlan
Chacun voit midi à sa porte. Attention néanmoins à ne pas la fermer sur les doigts de son voisin ; surtout après 19 h ; c’est plus difficile de trouver un médecin.
Un premier pas vers l’industrie
Au fur et à mesure que l’on écrit, cette forme d’art ne se transforme‑t‑elle pas en une simple technique répétitive ?

*

Souvenirs, souvenirs
La poésie, ce sont ces souvenirs qui nous restent lorsque l’on a tout oublié.

*

Erreur système
Tout système refuse l’intervention humaine ; ou plutôt toute forme de réflexion humaine. Tout être humain qui met sa réflexion au service de ce système est un homme perdu ; pour ce système tout du moins.


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 12 février 2018

Publication

267 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
1 Auteur

Visites

0 aujourd’hui
0 hier
1161 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté