Arthur, François, Pierre et… moi ?


Arthur, François, Pierre et… moi ?

Au moment de me mettre à écrire quelques vers
Cet instant où poète je m’apprête à clamer
Je me trouve ridicule et préfère étouffer
L’hémistiche et ses pieds engourdis par l’hiver

De cet art de la prose je ne sais disposer
Du sonnet et des rimes n’en maîtrise pas l’effet
Amoureux de cet art je le suis il est vrai
En lecteur simplement en écrire trop m’effraie

La ballade des pendus et leur bal sautillant
Poètes et voleurs s’assemblaient tournoyant
Ils rêvaient de sonnets pour la rose cueillir
Je mourrai sans espoir la regardant flétrir

Que faut-il pour souffler des paroles enflammées ?
Malheureux et souffrant d’un amour sans amant ?
De ma bouche rien ne sort mes lèvres sont asséchées
Je n’ai rien à pleurer que ces vers du néant


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 11 septembre 2017

Publication

218 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
1 Auteur

Visites

0 aujourd’hui
1 hier
916 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés