Accoudé

mercredi 16 mars 2016
par  Zevoulon
popularité : 22%

(…)

J’ai vu mentir les bouches que j’aimais ; j’ai vu se fermer, pareils
à des ponts-levis, les cœurs où logeait ma confiance ; j’ai surpris
des mains dans mes poches, des regards dans ma vie intérieure ; j’ai
perçu des chuchotements sur des lèvres qui ne m’avaient habitué
qu’aux cris de l’affection. On a formé les faisceaux derrière mon dos,
on m’a déclaré la guerre, on m’a volé jusqu’à des sourires, des poignées
de main, des promesses. Rien, on ne nous a rien laissé, mon âme.
Nous n’avons plus que la rue sous les yeux et le cimetière sous les pieds.
Nous savons qu’on plaisante notre hymen désespéré. Nous entendons
qu’on arrive avec des faux de sang et de fiel pour nous couper sous les
pieds la dernière herbe afin de nous mieux montrer le sentier de la
fosse.
Mais nous serons forts, mon âme. Je serai le boulon et toi l’écrou,
et nous pourrons, mille et mille ans encore, nous approcher des vagues ;
nous pourrons nous accouder à cette fenêtre de détresse. Et puis, dans
le murmure de notre attente, un soir pathétique, quelque créature viendra.

Nous la reconnaîtrons à sa pureté clandestine, nous la devinerons à sa
fraîcheur de paroles. Elle viendra fermer nos yeux, croiser nos bras sur
notre poitrine. Elle dira que notre amour, tout cet amour qu’on n’a pas vu,
tout cet amour qu’on a piétiné, qu’on a meurtri, oui, que notre amour n’est
plus que notre éternité.
Alors, mon âme, tandis que je serai allongé et déjà bruissant, tu iras
t’accouder à la fenêtre, tu mettras tes beaux habits de sentinelle, et tu
crieras, tu crieras de toutes tes forces !

On entendra
Qui est cet On ?
Qui ? demandes-tu ?
Mais toutes les âmes le savent.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Accoudé

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 12 décembre 2017

Publication

249 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
6 Sites Web
3 Auteurs

Visites

2 aujourd’hui
12 hier
37965 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté