La forêt broussailleuse

jeudi 7 avril 2016
par  Zevoulon
popularité : 39%

Ô hâte-toi au bord de l’eau parmi les arbres,
Là où soupirent le cerf au pas délicat et sa mie,
Quand ils n’ont fait que regarder le reflet -
Puisse personne n’avoir jamais aimé, que toi et moi !
 
Ou bien as-tu entendu cette pâle reine du ciel
Aux souliers et à l’orgueil d’argent,
Quand le soleil regardait par-dessous son capuchon doré ? -
Ô que personne n’ait jamais aimé, que toi et moi !
 
Ô hâte-toi de gagner la forêt broussailleuse, car
J’en chasserai tous ces amants et crierai :
Ô ma part du monde, ô blonde chevelure !
Personne n’a jamais aimé, que toi et moi.
 
The Ragged Wood
 
O hurry where by water among the trees
The delicate-stepping stag and his lady sigh,
When they have but looked upon their images -
Would none had ever loved but you and I !
 
Or have you heard that sliding silver-shoed
Pale silver-proud queen-woman of the sky,
When the sun looked out of his golden hood ? -
O that none ever loved but you and I !
 
O hurty to the ragged wood, for there
I will drive all those lovers out and cry -
O my share of the world, O yellow hair !
No one has ever loved but you and I.

Navigation

Articles de la rubrique