Ainsi soit-il

vendredi 24 mai 2013
par  Zevoulon
popularité : 25%

Rabbi Yaakov Yossef, Rav de Polna, fut invité une fois comme parrain pour une circoncision dans un bourg voisin. Lorsqu’il se présenta, il manquait un homme pour constituer le minyan, ou la dizaine indispensable de participants. Le Rav était peu disposé à attendre et se fâcha ; il s’impatientait toujours quand il devait attendre. Mais comme une pluie dense n’avait cessé de tomber depuis le lever du jour, les chances étaient minces de pouvoir appeler un passant quelconque comme dernier invité. Néanmoins, à la fin, on vit s’avancer un mendiant sur la route. Sollicité comme dixième pour la cérémonie, il répondit : "Ainsi soit-il !" Et il entra. Quand on lui offrit du thé bouillant : "Ainsi soit-il", fit l’homme comme réponse. Et lorsqu’on le pria, après la circoncision, de se mettre à table avec les convives : "Ainsi soit-il", dit-il encore. Le maître de maison lui ayant demandé pourquoi il répétait toujours la même chose, il cita ce verset de psaume : "Heureux le peuple à qui cela advient !" Et déjà il avait disparu.
La nuit suivante, le Rabbi ne put fermer l’œil. Mais à force d’entendre le mendiant répéter son "Ainsi soit-il", il finit par comprendre que ce ne pouvait être qu’Élie venu lui reprocher d’être si fortement enclin au défaut d’impatience. "Heureux le peuple à qui cela advient", murmura-t-il, et aussitôt le retrouva le sommeil.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Ainsi soit-il