La parole et l’écrit - volume 1

mardi 3 décembre 2013
par  Zevoulon
popularité : 34%

Transmission

Moïse reçut l’habilitation à donner la Torah à partir du Sinaï ;
il l’a transmise à Josué ;
Et Josué aux Anciens ;
Et les Anciens aux prophètes ;
Et les prophètes l’ont transmise aux hommes de la Grande Assemblée ;
eux ont dit trois choses ;
- Risque ton être dans tes décrets ;
- Donne abondamment le pouvoir d’enseigner ;
- Préserve ta Loi. Sois autour de la Loi une barrière qui la préserve.
(Talmud, Avot I,1)


Saint-Béni-Il-est

Il n’est qu’une seule hérésie proprement juive : l’ignorance

Les secrets de D. restent l’héritage des "craignant Dieu", beaucoup plus que celui des érudits ou de ceux qui font profession de l’être. L’écrit n’enseigne pas, il suggère - c’est l’âme qui comprend, ou se souvient.

Cette tentative (la théologie) consiste à ajuster les "réponses" de la Révélation aux "questions" de la philosophie.

La pensée traditionnelle suppose l’aveu franc et plus clair d’une soumission de la pensée humaine aux coordonnées de la pensée divine telles qu’elles se présentèrent dans la structure intime du langage de la parole révélée.

La Théologie se fonde en dernière analyse sur cette "Lumière naturelle" et anonyme de la raison, dont l’oeuvre de Descartes a montré qu’elle contraint plus Dieu à exister pour la tranquillité rationnelle de l’homme, qu’elle ne prouve son existence.

L’objet du discours traditionnel est la destinée humaine, dans la recherche de sa conformité avec l’intention de Dieu pour elle. C’est dire qu’il débute là où l’analyse philosophique espère trouver son terme.


Navigation

Articles de la rubrique

  • La parole et l’écrit - volume 1