Vers de jeunesse

1861 - 1864


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 7 janvier 2015
par  Zevoulon

Sur le calvaire

Lorsque Jésus fut mort, et comme une auréole S’allumait bleue au front blanc du Nazaréen, Plus pâle qu’un cadavre et plus tremblant qu’un chien, Le bon larron prenant brusquement la parole :
« Compagnon, que dis-tu de tout ceci ? — Moi ? Rien, Répondit le mauvais larron. Rien, âme molle, Rien, ô (...)

mercredi 7 janvier 2015
par  Zevoulon

Quatrain

D’ailleurs en ce temps léthargique, Sans gaîté comme sans remords, Le seul rire encore logique, C’est celui des têtes de morts.